Portrait de Nadine Reichenthal, entrepreneure dans l’âme

0
2217

L’entrepreneuriat est une discipline que l’on peut enseigner

La preuve avec Nadine Reichenthal. Depuis de nombreuses années elle enseigne l’entrepreneuriat au sein de diverses écoles en Suisse.  Pour cette femme aux multiples expériences, l’esprit d’entrepreneur est inné, mais elle reste persuadée que des techniques, des actions peuvent développer ce goût de prise de risque. Tombée dans la marmite de l’entrepreneuriat dès son plus jeune âge, Nadine apprend très vite les codes de l’entreprise. Fille unique de réfugiés, elle travaille dans l’entreprise créée par ses parents. Pendant toute sa jeunesse, l’âme entrepreneuriale se développe et s’affirme. Mais elle ne reprendra finalement pas la société familiale. Place aux études d’économie politique à HEC Lausanne. Après une  carrière dans des multinationales et des entreprises locales comme experte en optimisation de Business Process et gestion de projets internationaux, Nadine Reichenthal devient responsable de formations d’entrepreneurs pour les startups, dans les hautes écoles et universités. Aujourd’hui cette femme de caractère veut transmettre son expérience à tous. Méthodique, comme elle se décrit, elle a une petite part de fantaisie, seulement 10 % avoue t-elle, et ses cheveux y sont pour beaucoup selon elle.

Le monde de l’entrepreneuriat et des femmes

C’est une suite logique pour Nadine Reichenthal. Ce besoin d’aider les femmes dans leur démarche entrepreneuriale arrive donc naturellement.  L’opportunité de reprendre la présidence du “Club de Femmes Entrepreneures” se présente à elle en août 2014. Dynamique, elle veut faire bouger les choses et donne un nouvel élan au CFE. Objectif : mettre en place un programme de mentorat. Plus concrètement des femmes seniors viendraient soutenir de jeunes femmes dans le cadre de la gestion de leur carrière. Féministe ? Elle assume. C’est une femme qui veut soutenir le business entre femmes. Pour Nadine Reichenthal, être entrepreneur ce n’est pas forcément fonder sa société. On peut être un intra-entrepreneur. Comprenez qu’il n’y a pas de profil supérieur, les deux sont complémentaires. Chaque personne est un acteur et un capteur.

Insuffler l’esprit entrepreneurial chez les jeunes.

Ils ont entre 12 et 18 ans et sont scolarisés au collège de Champittet à Pully. Graines d’entrepreneurs est un projet qui tient particulièrement à coeur à sa co-fondatrice, Nadine Reichenthal. Pendant toute l’année scolaire, ces jeunes vont mener une expérience d’un genre nouveau. Se mettre dans la peau d’un créateur d’entreprise. Pour Nadine, il est important de développer un esprit d’entrepreneur le plus tôt possible.  Les mini-entrepreneurs se réunissent une fois par semaine pour se former aux meilleurs outils pour réaliser leur projet. Nadine Reichenthal à pour intention d’étendre ces ateliers à d’autres écoles privées mais également publiques.

Nous serions ravis de faire connaitre votre histoire ou votre événement à nos lecteurs. Contactez-nous au 021 311 70 13 ou envoyez un email à la rédaction : magazine@poze.ch

VOTRE AVIS COMPTE

Rédigez votre commentaire...
Entrez votre Prénom & Nom

*

code